Débat citoyen du 14 février 2019

Share

Débat du 14 février Maison des Associations

de BEAUMONT LES VALENCE

 

 

LA FISCALITE ET LES DEPENSES PUBLIQUES

CONSTATS ET PROPOSITIONS

  • A l’échelon de la commune :

-       Contre la suppression de la taxe d’habitation,

-       Corriger les différences de moyens financiers entre les petites communes,

-       Revoir le fonctionnement des communautés de communes, harmoniser leur taille ;

-       Lorsqu’il y a regroupement de collectivités territoriales (communes, communautés de communes ou d’agglo, syndicats intercommunaux…), les gains d’échelle devrait pouvoir ressortir dans les comptes publics.

  • A l’échelon national :

-       Demande de plus de plus de transparence au niveau des dépenses de fonctionnement des 2 chambres (députés et sénat).

-       Renforcer le suivi après chaque rapport de la cour des comptes.

-       Les dépenses publiques devraient être expliquées plus clairement aux citoyens.

-       Simplification de tous les organismes sociaux.

  • Fiscalité et pouvoir d’achat :

-       Revoir la TVA en fonction du revenu de chaque individu, peut être possible avec les technologies modernes.

-       La TVA est un impôt injuste, elle pourrait être revue à la baisse sur les produits de première nécessité et ceux favorisant la transition écologique elle pourrait être   augmentée sur les produits de luxe.

-       De nombreuses niches fiscales pourraient être supprimées sauf celles favorisant l’emploi et la protection de l’environnement.

-       La défiscalisation des heures supplémentaires est un frein à l’embauche.

-       Impôt sur le revenu pour tous, si minime soit-il, proportionnel aux gains.

  • Fiscalité et économie :

-       Harmonisation fiscale dans les pays de l’Union Européenne.

-       Intensifier la lutte contre la fraude fiscale.

-       Taxer les GAFAM et autres grands groupes internationaux en fonction de l’activité économique réelle dans le pays.

-       Demande d’une fiscalité différenciée pour les PME, les artisans et les grands groupes. Baisser la fiscalité pour les PME et les TPE. Ce n’est pas qu’un problème franco-français, les mêmes problèmes se posent à l’échelon européen et mondial.

-       La France est un des pays européens le moins inégalitaire, mais le service public a un coût.

-       Comment créer plus de richesses ? Revenir aux 39 heures et à la retraite à 65 ans.

-       Modernisation des entreprises pour gagner en compétitivité.

  • Les salaires :

-       Le salaire moyen ne veut rien dire, se référer plutôt au salaire médian.

-       Augmentation des salaires et harmonisation.

-       Mieux communiquer sur toutes les catégories de salariés, chacun envie son voisin par ignorance (salaires de la fonction publique, du privé, des professions libérales…)

-       Les salaires sont d’autant plus élevés que les entreprises fonctionnent et sont en capacité d’embaucher.

-       La prime à l’emploi devrait être revue (moins de contraintes pour l’obtention) et pérennisée.

-       Dichotomie entre les richesses mondiales et le pouvoir d’achat des citoyens.

-       Les écarts de salaires devraient se situer dans une fourchette de 1 à 10.

-       Les bénéfices des entreprises devraient être redistribués suivant la règle des 3 tiers :

ü  1/3 pour les salaires,

ü  1/3 pour l’investissement,

ü  1/3 pour les actionnaires.

-       Indexation des salaires (fruit du travail) en fonction des profits de l’entreprise.

-       Simplification de la feuille de paye

-       Remettre à leur juste place les syndicats et les corps intermédiaires.

-       Demande d’un salaire familial pour le conjoint qui perd des trimestres d’ancienneté pendant les temps d’arrêt pour élever les enfants.

Fait à Beaumont-lès-Valence le 21 février 2019