Marie Line en Supermarché…

Share

 

Par ce vivifiant petit matin du vendredi 16 mai 2014, une tranche de vie en soi, il nous était loisible d'accompagner notre fils Nicolas et ses trois amis à la gare TGV de Rovaltain. Ils se trouvaient en partance pour Barcelone, la méga-métropole catalane maintenant si proche en temps, parce qu'interconnectée à notre réseau ferroviaire national à grande vitesse.

 De retour, il nous était aussi possible et même indispensable d'accomplir un petit crochet pour accomplir des emplettes de bouche au centre commercial Intermarché de Valence. Vers huit heures trente et de bonne humeur, nous pénétrions dans cette vaste enceinte et allions tout-de-go consommer un café-expresso...Bien stimulant au restaurant faisant partie de cet ensemble commercial arborant, pour son image populaire, les mousquetaires de la distribution à bon marché. Comme c'était drôle, le vendredi matin en cette vaste surface, un nombre très important de têtes à la blancheur diaphane opéraient leur approvisionnement alimentaire, habitude purement senior ou maniaquerie de vieilles personnes. Allez savoir !...

Et puis, nous pénétrions en ces fraîches allées climatisées, un caddie à la main mais avançant à la façon d'un crabe entêté. Ces exploitants devraient renouveler le stock de leurs chariots se révélant bien mal en point parce que malmenés et fort usagés. C'était un cheminement acheteur très erratique dans les rayonnages de ce supermarché puisque nous n'avions pas préalablement listé les articles à nous procurer. Les courses parvenues à leur terme, nous nous présentions à une caisse où, nous semblait-t-il, la durée d'attente se révélait la moins longue, habitude acquise par les quidams choisissant en pareil cas.caissiereNous étions donc les débiteurs d'une caissière hautement distinguée laquelle parlait déjà à la cliente nous précédant sur le linéaire où elle avait disposé ses nombreux achats. Une bribe de conversation me faisait remarquer que cette hôtesse parlait courtoisement à la passante du moment, d'une émission qu'elle avait dernièrement suivie à la télévision et relative à un objet acheté. Très curieux d'une telle circonstance commentée et comme extraordinaire, je pouvais observer cette sorte de jeu courtois vécu avec la cliente et faisant ressentir le temps moins long à ceux s'approvisionnant.

Et puis, c'était à notre tour d'être comme chaleureusement accueillis pour nous acquitter du prix de nos achats ainsi étalés sur le noir tapis roulant. Parfaitement au fait et dominant de belle façon la manipulation très agile de tous les articles à scanner, la jeune dame se montrait particulièrement amène, souriante, courtoise comme une fine ingénue à la mission joliment relationnelle. Son badge in petto attestait de son joli prénom composé : Marie Line, la bonne et vaillante hôtesse de caisse. D'ordinaire aux caisses en terminaux des supermarchés de l'agglomération valentinoise comme d'ailleurs du reste, la relation clients-caissière s'accomplit dans le silencieux anonymat le plus distant et le détachement le plus automatique loin de toute considération attentionnée...

Mais en présence de Marie Line, c'était le strict contraire pour nous ravir en un climat, une empreinte, une proximité, une délicatesse ouvrant la perspective d'une rare et appréciée sérénité partagée. La jeune dame préposée nous disait alors être en possession d'un carton nous ouvrant droit à une appréciée réduction de un €uro sur une boîte de lessive ; ce dont elle nous fit part en se disant satisfaite de nous en faire profiter. Pendant que ma compagne et moi-même finissions de ranger, en nos cabas personnels, ces articles scannés, la douce et aimable préposée nous mettait en possession libératoire de l'addition et du ticket corrélatif de la carte bancaire.
Cette personne de rares qualités humaines nous remerciait jovialement de façon tellement inhabituelle par rapport à ses fades alter-egos des caisses traditionnelles en établissements du même genre. Son agréable formule de politesse semblait comme personnalisée, dédiée et communicante à souhait. En insistant sur le plaisir de nous avoir servis et puis ajouté, par-dessus le marché, un au-revoir gracieux et engageant à revenir très bientôt, ce qui nous comblait d'aise et de reconnaissance. S'il vous arrive d'accomplir la languissante queue à la caisse de l'Intermarché à Valence situé sur la route de Beaumont-lès-Valence : Installez-vous donc en ayant repéré le prénom de cette caissière parfaitement agréable et distinguée : Ce qui ne gâte rien en rendant naturellement fidélisés, les clients devenus reconnaissants à autant d'attentions si fémininement naturelles. Elle qui expose ainsi son plaisant et délicieux prénom...

Marie Line en Supermarché...

 

Jean Perrier